Rencontres du film court

Souvenir ou rève – Critique

Souvenir ou rève – Critique

Utopia sème la confusion

Souvenir ou rêve ? La fiction de Voaara Mahefa Rakotoarisoa, Utopia, crée d’emblée la confusion. Première image, une jeune femme, qui a apparemment fait un cauchemar, est réveillée par son mari. Elle  commence  alors à raconter son rêve, l’histoire d’une petite fille avec une peluche accompagnant sa mère, belle de nuit, dans les rues d’Antananarivo. Le sujet est tabou, mais c’est une réalité,  qui de surcroit est devenue une sorte de « normalité ». Tout au long de la narration,  l’on peut saisir la rudesse du quotidien des femmes délaissées par leurs maris qui n’ont que la pratique de la prostitution pour subvenir à leurs besoins, et qui doivent emmener leurs propres enfants n’ayant aucunement le moyen pour les faire garder. Ce court-métrage  met sur le premier plan deux  personnages,  la mère dont le visage est dissimilé et la petite fille qui se retrouve dans un monde qui ne lui appartient pas. Dans la logique de créer la confusion, le réalisateur use et abuse du montage. A l’exemple du manque de synchronisation entre la conteuse et les évènements qui se suivent. D’autres incohérences se succèdent quand la prostituée semble mener un train de vie assez aisé possédant une maison bien entretenue et une aide-ménagère. Une autre scène sème également l’embrouillement, quand la petite fille part à la recherche de sa mère dans la maison de passe là où elles étaient la veille. La réceptionniste ne semble guère dérangée et lui répond naturellement : « Ao amin’ny mahazatra akia izy a ! », qui littéralement signifie « Elle se trouve à la chambre où tu as l’habitude de la voir ma chérie ! ». Dans la réalité, c’est tout simplement inconcevable ! En somme, le film a une belle ambition en voulant prendre la thématique de la prostitution et du droit de l’enfant,  mais le travail nécessite encore quelques améliorations sur le plan narratif et visuel.

Govina Damy

Spread the love

Laisser un commentaire