Rencontres du film court

FIFF 2014: trois questions à Laza

FIFF 2014: trois questions à Laza

Trois questions à Laza, curateur section Nouveau Territoire Madagascar – FIFF 2014

Qu’est-ce que cela vous fait de venir présenter des films malgaches à Fribourg ?

Beaucoup d’émotions. On est en train d’écrire l’histoire du cinéma malgache en fait. C’est inédit dans l’histoire du cinéma malgache. Parmi les films que l’on va montrer, la moitié sont des premières mondiales et c’est la première fois que l’on va les voir sur grand écran. C’est très émouvant.


Comment définiriez-vous le cinéma malgache ?

Je pense qu’en l’état actuel, c’est un cinéma d’urgence. Les salles de cinéma ont fermé pendant plus de 20 ans dans le pays. Donc un jeune de 20-25 ans n’a jamais vu un film en salle de sa vie. On a tellement cette envie de raconter des histoires avec rien, parce qu’il n’y a pas d’industrie, il n’y a pas d’argent pour faire des films, que chaque film qui aboutit est un film utile.


Que souhaitez-vous que les festivaliers retiennent du cinéma malgache ?

Que pour une fois, ce sont les malgaches qui racontent leurs propres histoires. Depuis très longtemps, ce sont des étrangers qui racontent nos histoires. Nous avons enfin l’occasion d’offrir un point de vue original de ce qui se passe chez nous. De vivre les choses de l’intérieur. J’y vois beaucoup d’espoir. Au niveau politique il y a beaucoup de problèmes, mais il y a toujours et encore de l’espoir. C’est ça que j’ai envie de célébrer.


Propos recueilli par Stéphanie Tschopp / 29.03.2014

Publié par Cinécution

Source:http://cinecution.blogspot.ch/2014/03/fiff-2014-entrez-il-y-de-la-lumiere.html

Spread the love

Laisser un commentaire